International

Interview || L’ambassadeur ” Alaa Youssef”, Ambassadeur d’Égypte en France: La visite du président « Sisi » a soutenu ma mission

Par : Mohamed Zayan

La visite du président Abdel Fatah El-Sissi en France aura un rôle pour soutenir ma mission à Paris et à surmonter de nombreux obstacles naturels qui se dressent habituellement devant tout nouvel ambassadeur qui fait les premiers pas de sa mission, représentant son pays dans l’accréditation pays.

Par ces mots, l’ambassadeur Alaa Youssef, nouvel ambassadeur d’Égypte en France, qui a commencé sa mission pour succéder à l’ambassadeur Ihab Badawi, nous a assuré des résultats importants de la visite aux niveaux français et égyptien.

Comment la visite permettra-t-elle de surmonter devant lui les nombreuses difficultés et tâches qui lui sont attachées et l’immense agenda du travail que la visite a laissé à l’ambassade d’Egypte à Paris pour consolider les relations entre les deux pays et poursuivre la coopération conjointe.

Nous lui avons demandé sur les investissements français qui iront en Égypte après la visite et la coopération dans les domaines militaire, sécuritaire, sanitaire, et le travail conjoint pour la sécurité de la Méditerranée, la stabilité de la région et face aux violations turques.

Ambassadeur Alaa yousef

Nous lui avons demandé comment il va traiter les dossiers des droits de l’homme et les dossiers médiatiques, car ce sont les dossiers les plus importants à travers lesquels il exprime la marche de l’amitié franco-égyptienne et mettre le groupe de frères sur les listes du terrorisme en France, et de l’extrémisme, et le rôle attendu d’Al-Azhar dans la période à venir.

 Aux détails : on lui a demandé au début : Votre Excellence a la chance que vous commenciez votre travail en visitant le président en France ? Comment avez-vous accueilli le déménagement de Genève à Paris avec une visite de cette ampleur et comment la réception légendaire du président El-Sissi en France a-t-elle influencé le début des travaux ici ? Cette visite n’a-t-elle pas établi un programme énorme dans vos responsabilités  ?

L’ambassadeur Alaa yousef parler

Sans aucun doute, la visite d’État réussie de M. le Président Abdel Fatah El-Sissi en France, qui est la première visite d’un président égyptien en France depuis 34 ans, pour générer une forte dynamique dans plusieurs aspects et domaines, qui aura un rôle de soutien ma mission à Paris et surmonter de nombreux obstacles naturels qui se dressent généralement devant tout nouvel ambassadeur qui fait les premiers pas de sa mission comme représentant son pays dans le pays d’accréditation 

Y a-t-il ce que nous pourrions appeler des arrangements après la visite pour cimenter les relations ? L’agenda de travail ? 

Bien sûr, cette visite, avec sa taille et son élan, a un agenda de travail qui a été créé sur elle, et je travaillerai pour maintenir cette dynamique et la multiplier pour suivre le rythme ascendant qui caractérise les relations stratégiques entre les deux pay

Quelles sont les priorités que vous mettez à votre agenda ? 

La visite du président à Paris trace définitivement une voie ambitieuse pour un programme diversifié pour mon travail à Paris qui comprend de nouveaux domaines de coopération qui répondent principalement aux défis futurs, tels que les domaines de l’intelligence artificielle, de la numérisation, des technologies de l’information et de la mise à niveau des services fournis aux citoyens, auxquels s’ajoutent le service de santé en plus des infrastructures, des villes intelligentes et d’autres domaines futurs importants.

Il y a une compréhension et une relation forte entre les présidents Sissi et Macaron ? Comment l’avons-nous trouvée ? Est-ce la diplomatie du sommet comme on dit ? Dans le sens où il y a eu des contacts et des accords entre les deux présidents, cette visite a-t-elle été fructueuse ?

En effet, la visite d’Etat a représenté un véritable reflet des relations étroites entre le Président égyptien et le Président français, qui se sont construites dès le premier jour sur des bases solides de confiance, de respect mutuel et d’une compréhension commune des opportunités et des défis entre les deux pays. Ce sont ces relations qui ont joué un grand rôle pour amener la coopération bilatérale entre l’Égypte et la France à ce niveau de partenariat stratégique fort dans de nombreux domaines.

Une visite exceptionnelle et une relation exceptionnelle entre les deux présidents ? D’un point de vue diplomatique, qu’est-ce que cela signifie ? N’est-ce pas le fruit de grands efforts, notamment diplomatiques ?

Peut-être en réponse à votre question sur l’effort diplomatique déployé pour faire progresser ces relations, je tiens à signaler que la coordination et le dialogue continus entre les autorités officielles entre les deux pays et dans divers cadres bilatéraux, internationaux et multilatéraux Sur de nombreux problèmes et dossiers régionaux et internationaux urgents, créer un terrain d’entente sur lequel fonder une forte prise de conscience de part et d’autre de l’essence de ces problèmes et des moyens de les résoudre.

Vous êtes passé du dossier des droits de l’homme à Genève au dossier médiatique en France ? Quelles sont vos démarches et comment ferez-vous face à la déformation délibérée de l’image de l’Égypte ? 

De mon expérience précédente, j’apprécie qu’il existe des dénominateurs communs dans la manière de traiter le dossier des droits de l’homme et le dossier médiatique en général, comme le dialogue périodique et continu avec différents acteurs et avec les cercles d’influence, que ce soit au niveau des médias. ou ceux qui s’intéressent au dossier des droits de l’homme, sur la base de la franchise, de la clarté et de l’explication détaillée de la réalité égyptienne, avec ses défis actuels ainsi que ses succès tangibles, est le meilleur moyen de clarifier les faits et de se tenir fermement devant les campagnes de diffamation systématiques et malveillantes qui tentent de saper l’image de l’Égypte.


Il y a des associations qui bougent pour perturber les relations égyptiennes, n’y a-t-il pas de mécanismes de travail nécessaires pour y faire face ?

L’ambassadeur Alaa Yousef parler à Mohamed Zayan

Mon approche de ces questions continuera à reposer sur le fait que l’Égypte n’a rien à cacher. L’Égypte a remporté de grands succès qui ne sont cachés à personne dans les domaines des droits de l’homme au sens large, en particulier le droit à l’éducation, à la santé, au logement et au travail, ainsi que la consolidation des fondements de l’état des institutions. Comme avancer dans la marche des droits politiques tels que la liberté d’opinion et d’expression. En outre, la société civile égyptienne comprend plus de 50 000 organisations non gouvernementales qui participent activement aux côtés des institutions étatiques à la promotion du processus de développement dans divers domaines. L’Égypte adopte également une stratégie nationale intégrée, et des travaux sont en cours et élaborés qui visent deux choses : Le premier est de renforcer le système égyptien de protection des droits de l’homme et de prendre en compte l’équilibre nécessaire entre les droits et devoirs des citoyens d’une part et les défis sécuritaires de la lutte contre le terrorisme d’autre part.

Qu’en est-il des entreprises françaises, iront-elles investir en Egypte dans la période à venir ?

Je vous assure que les entreprises françaises se trouvent fortement au marché égyptien.

Ces entreprises occupent une position prestigieuse au Caire. Surtout

‘elles détiennent toutes leurs investissements au marché égyptien pendant des périodes infimes que l’Égypte a connues de 2011 à 2013,

ce qui reflète la maturité et distance dans la vision des entreprises françaises, et qu’il y a une confiance croissante dans le marché égyptien, qui se traduit par l’augmentation du total des investissements français au cours de la période suivant 2014, pour dépasser les 5 milliards d’euros dans différents secteurs industriels, tertiaires et sociaux, parallèlement aux réformes audacieuses engagées par le gouvernement égyptien dans le cadre de son ambitieux programme de réformes économiques.

Troisième destination des investissements français au Moyen-Orient, la France est le septième investisseur étranger et le troisième investisseur européen au marché égyptien, dans lequel on compte environ 165 entreprises françaises contribuant à offrir environ 350 000 emplois directs et indirects par an, dont 38 000 emplois permanents dans les domaines de l’industrie, du tourisme, de l’agriculture, des télécommunications, des transports, des infrastructures et des services financiers. Cela ne veut pas dire que les travaux sont terminés, au contraire, il existe des secteurs plus prometteurs dans lesquels les entreprises françaises sont incitées à investir, notamment l’énergie, les énergies renouvelables, l’intelligence artificielle et les services numériques.

* L’Egypte et la France ont une coopération militaire, quels sont les autres domaines prioritaires de coopération ?

Tout en reconnaissant l’importance stratégique représentée par la coopération militaire égypto-française, qui ne se limite pas au domaine de l’armement,

mais s’étend aux domaines de la formation et de l’échange d’expertise technique et opérationnelle en plus des dialogues stratégiques,

les deux pays se rendent compte qu’il existe d’énormes possibilités de coopération bilatérale dans lesquelles les deux parties peuvent présenter des modèles de coopération et de partenariat réussis dans leur mise en œuvre, peut-être la meilleure preuve de la diversité des domaines de coopération existants et ciblés entre les deux pays.

La marche d’une coopération historique et continue entre les deux parties dans le secteur des infrastructures, notamment dans le domaine des transports collectifs, et dans les secteurs de l’énergie et des énergies renouvelables, en plus du rôle actif de la France dans le soutien aux efforts de développement du secteur de la santé , les systèmes de protection sociale, le développement des cadres humains et la construction d’élites administratives distinguées dans le corps administratif de l’État.

Qu’en est-il du domaine de la santé et face à Corona ? Après l’appel du président français pour le tourisme en Egypte, y a-t-il des mouvements dans le secteur du tourisme ?

Le mouvement touristique entre l’Égypte et la France a connu un essor important avant la propagation de la pandémie de Corona, et son impact était évident sur l’augmentation du mouvement des flux touristiques à destination de l’Égypte en général, pour atteindre environ 146% en 2018 et 2019, et L’Égypte est devenue l’une des dix destinations les plus importantes du tourisme français au cours de la même période. Cependant, il est certain que l’activité touristique mondiale en général et en Egypte a également connu une baisse due à la pandémie, à laquelle nous travaillons étroitement pour remédier en matière de tourisme récepteur français. Peut-être est-il important de se référer ici à l’effort qui est en cours au vu de la grande marge disponible pour le retour de bons tarifs aux touristes français en Égypte à nouveau, ce qui a été rendu possible par les mesures de précaution et les mesures sanitaires efficaces prises par l’Égypte.

État pour assurer la sécurité des destinations touristiques archéologiques et côtières et exemptes de virus, et c’est l’effort que je m’efforce de poursuivre. A travers les canaux actifs qui nous relient aux agents de voyages et de tourisme français, il y a vraiment de bonnes idées que nous discutera avec eux des programmes touristiques présentés, de la fréquence de réception des touristes et de la garantie que les groupes touristiques ne se chevauchent pas pour assurer le contrôle sanitaire et l’application de mesures de distanciation sociale.

* En ce qui concerne la coopération dans le domaine de la sécurité méditerranéenne et la lutte contre les violations turques, comment décrire la coordination entre les deux pays ?

Peut-être suivez-vous de près la volonté de l’Égypte de maintenir d’excellentes relations avec ses voisins et sa préférence pour toujours adopter le langage du dialogue. Cependant, d’un autre côté, l’Égypte souligne la nécessité de garantir le respect des règles du droit international et de ne pas agir unilatéralement. , au détriment de la sécurité et de la stabilité de la région. Sur ces bases, l’Égypte trouve une large base de coordination et de coopération avec la France, afin de garantir que ces principes et fondements ne soient pas mis en danger, sous-estimés ou manipulés par une partie régionale.

La France a-t-elle décidé de placer le groupe de frères sur les listes terroristes ? L’Égypte est-elle intéressée par cela et y va-t-elle ?

Jour après jour, on sent une prise de conscience française croissante du rôle destructeur joué par le groupe de frères terroriste et des idées malveillantes qu’il utilise pour répandre son poison dans les sociétés … toutes les sociétés … et son infiltration dans la sphère publique et politique et politique une action civile en elle, dans le but de la contrôler et d’établir son prétendu projet basé sur la violence et l’extrémisme Et le terrorisme et le manque d’acceptation de l’autre. Peut-être que l’État français se penche désormais fortement sur les dangers que les courants islamistes et fraternels font peser sur la société et le citoyen français en cherchant à dissimuler la religion pour changer les caractéristiques et la nature de la société et de l’État. L’Égypte a une longue expérience de ces courants et a toujours cherché à mettre en garde contre le danger imminent qu’ils représentent pour notre monde d’aujourd’hui. L’Égypte a subi beaucoup de terrorisme qui a coûté la vie à des innocents et a poursuivi la société égyptienne avec des moyens de démolition plutôt que de construction, mais il l’a confronté avec force et succès pour le vaincre. Chacun, aux différents niveaux sécuritaire, économique et social, a également travaillé activement au niveau international pour mettre en garde contre cette idéologie meurtrière et pour punir les pays qui financent et arment les organisations terroristes et utilisez-les pour alimenter les conflits et les guerres.

Y a-t-il des mouvements français avec Al-Azhar pour former des imams en France et expliquer l’islam modéré? Y a-t-il des compréhensions sur l’enseignement de l’arabe ici ?

Al-Azhar Al-Sharif reste à juste titre un phare de l’islam modéré qui vise à faire respecter les enseignements de la noble religion, et tout le monde apprécie l’effort qu’Al-Azhar fait avec sa haute stature religieuse et ses estimés cheikhs et imams afin de introduire la vraie religion loin de toute fausse interprétation ou idée confuse.

L’Etat français a reçu le Grand Imam en 2016.  Son Eminence a expliqué les différents efforts entrepris par Al-Azhar à cet égard et dans le domaine du dialogue et de la fraternité entre les religions, exprimant la pleine disponibilité de l’honorable Al-Azhar à aider la Côté français dans l’introduction de la religion correcte et la préparation du clergé, lors de sa rencontre avec le ministre français des Affaires étrangères, en son honneur, à la fin de l’année dernière au Caire, où une discussion s’est caractérisée par l’ouverture et la franchise dans le cadre de la construction de l’objectif de défendre les valeurs de respect des religions, de tolérance et de modération face aux appels à l’exagération et aux sentiments enflammés.

 

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Close
Close